La phrase du jour

“"Si le théâtre oublie le monde, le monde finira pas oublier le théâtre". Bertolt Brecht



dimanche 6 octobre 2013

Mes lectures du moment


La Nostalogie heureuse, Amélie Nothomb (2013)
Editions Albin Michel


Résumé : pour les besoins d'un reportage proposé par France 5 A. N revient qu'elle a quitté à l'âge de 5 ans. "Le japon m'a plusieurs fois sauvée et j'ai de nouveau besoin d'être sauvée par le Japon, qui a ce pouvoir guérisseur" 
Elle y est retourné vers sa vingtième année, y a travaillé un an pour une grande entreprise, et cela lui a donné le sujet de Stupeur et tremblements, un des livres d'elle que je préfère.  
Cela fait 16 ans qu'elle n'y est pas allé au Japon et pour les besoins du reportage elle fait un crochet par Fukushima,  va retrouver sa nourrice chérie Nishio-san vers Kyoto, son ancien fiancé tokyoïte délaissé, et les lieux (en partie) disparus de son enfance.









Mon avis: Chaque année, j'achète ou j'emprunte "L'Amélie Nothomb" de la rentrée littéraire. c'est une sorte de rite auquel je ne déroge pas, même si depuis plusieurs années, je reste sur ma faim. Je me demande où sont passés les fulgurances littéraires d'Amélie, celles d'Hygiène de l'assassin, de Stupeur et tremblements, d'Acide sulfurique, et plus récemment d'Une sorte de vie. 


Malgré tout, pour ceux qui comme moi aiment le japon, il y a une "ambiance". Le concept du  natsukashii dont la traduction sert de titre au roman, ou bien encore la description de la transe kensho, tout cela participe du Japon. Le reproche principal que je ferais au roman est que c'est un peu "sentimental" , un peu poético-merdeux (les cerisiers en fleurs, l'école retrouvée), un peu fabriqué pour les besoins du reportage, caméra branchée en permanence. La profondeur du livre souffre de cette sensiblerie exagérée. On y rencontre naturellement la patte d'A. N., ses formules grand style, mais c'est bien laborieux. Un des meilleurs moments du livre est  sa rencontre avec sa traductrice pour le Japon de  Métaphysique des tubes. Le reste sans grand intérêt. Disons que ça se lit bien, et c'est court. La nostalgie heureuse cite des personnages croisés dans ses autres ouvrages autobiographiques comme Le sabotage amoureux ou  Ni d'Eve ni d'Adam

A lire pour les inconditionnels d'A. N, en revanche pour ceux qui ne  connaissent pas son oeuvre, ce livre n'est pas le bon moyen de la découvrir.






Biographie : Adulée ou critiquée, Amélie Nothomb cultive sa différence dans la marginalité. Elle est fidèle à ses idées et elle répond au courrier des lecteurs, ce qui n'est pas si fréquent. Elle écrit des romans courts généralement originaux, dont les noms des personnages ne le sont pas moins. Issue d'une famille bruxelloise, A. N. découvre la Chine, New York, et l'Asie du Sud-Est lors des déplacements professionnels de son père, ambassadeur belge. 
Née le 9 juillet 1966 à Etterbeek (Bruxelles), elle vit au Japon jusqu'à l'âge de 5 ans, et vit son départ comme un exil. Elle est profondément marquée par la culture nippone qu'elle  transpose dans ses écrits. Elle retourne en Belgique à l'âge de 17 ans et suit des études gréco-latines. En 1992, son roman Hygiène de l'assassin est accueilli avec un énorme succès et est adapté au cinéma. Frustrée de ne pas être restée au Japon, l'auteur y retourne et retranscrit cette expérience plus que déroutante dans Stupeur et tremblements, couronné Grand prix de l'Académie française en 1999. Ce livre est aussi adapté au cinéma en 2003. Se définissant elle-même comme une "graphomane malade de l'écriture", elle écrit assidûment tous les matin en buvant du champagne selon la légende qu'elle entretient.  Elle sort ponctuellement un roman par an, fin Août et fait la une des journaux et des émissions littéraires. Son dix-huitième roman, Le voyage d’Hiver, est publié en 2009. Après Une Forme de vie en 2010, elle sort son vingtième roman Tuer le père en août 2011. En 2012 elle publie Barbe-Bleue.






2 commentaires:

  1. Ma fille Stéphanie adorait ses premiers romans. Nous l'avons rencontré plusieurs fois au Salon du Livre de Paris, dont à ses débuts.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je préférais moi aussi ses premiers livres.

      Supprimer